Pourquoi j'utilise GNU/Linux, Ubuntu Linux et le Logiciel libre ?

On me pose régulièrement ces questions, alors je vais y répondre une bonne fois pour toute....

Pourquoi GNU/Linux ?

En fait je suis arrivé sous Linux à la fois par curiosité et par conscience professionnelle. En fait à la base, je dois avouer que j'étais sceptique voire je me moquais d'un collègue de prépa qui ne jurait (ne jure toujours si j'en crois son blog) que par Mandriva (Mandrake à l'époque) et GNU/Linux.

Par la suite j'ai été admis à l'ENSSAT en cycle LSI (Logiciel et Système Informatique) et donc pendant mes vacances je me suis dit qu'une petite découverte de Mandrake et donc d'un système de type Unix me serait profitable. Je me suis donc jeté sur un numéro de Planète Linux qui contenait à l'époque Mandrake 8.0 en 6 CD ou 3 CD, je ne m'en souviens plus très bien, c'était il y a 5 sept ans. Après quelques réinstallations, des dual boots "ratés", des partitions de données formatées par erreur et la perte de beaucoup de documents, j'ai fini par apprécier ce système qui proposait à l'époque KDE 2.2 et GNOME 1.4 et un kernel 2.4.3 :'-) et une vision différente d'un bureau au sens informatique du terme.

Mon PC de l'époque était un AMD K6 200 Mhz avec 32 Mo de RAM puis 128 Mo, j'ai donc rapidement switcher vers quelques chose de plus léger et de plus proche de l'environnement proposé et/ou compilé avec les moyens du bord sur les terminaux X des Unix de l'école (Compaq Tru64sur Alpha servers principalement) avec WindowMaker, NEdit comme éditeur et ça donnait ça :

Screenshot bureau Août 2002

Cette capture d'écran date d'août 2002 ! C'était pas terrible :) Entre temps j'ai découvert Debian qui en était encore à la version Woody 3.0. Comme j'avais pas le net, les mises à jour étaient pas simples pour avoir des logiciels de moins de 2 ans d'âge... Suite à quelques jobs d'été, j'ai enfin pu m'offrir une machine décente un AMD 2200+ avec 512 Mo de RAM que j'ai toujours avec quelques ajouts (RAM et disques durs) sur laquelle j'ai toujours refusé d'installer autre chose que GNU/Linux. J'ai poursuivi avec Debian puis avec la toute première version d'Ubuntu, Ubuntu Warty Warthog puis les versions se sont succédés pour arriver à Ubuntu Dapper Drake et à ça :

Screenshot de mon bureau Septembre 2006

Pourquoi Ubuntu ?

En fait à la base, j'aime beaucoup Debian. J'aime la philosophie ainsi que les outils associés comme la gestion des paquets à l'aide de dpkg et apt mais Debian est parfois complexe lorsqu'on souhaite suivre les dernières versions des logiciels. À côté de ça, Ubuntu propose la même infrastructure en simplifiant beaucoup de choses et en proposant des versions très à jour des différents programmes.

Pour schématiser, pour moi Debian est parfait pour les serveurs pour sa stabilité (autant du système que des logiciels dans le temps vu son évolution relativement lente) et sa facilité d'administration, et Ubuntu est très adapté aux machines de bureau pour le côté très à jour. D'ailleurs au boulot, j'utilise Ubuntu sur mon poste (encore en Warty pour différentes raisons, mais plus pour longtemps j'espère...) et Debian sur les serveurs.

Et pourquoi le logiciel libre alors ?

Comme je l'ai écrit plus haut, je suis arrivé sous un système libre un peu par hasard et le côté libre n'a pas été le facteur déclenchant. Par contre le côté libre est un formidable moyen de satisfaire ma curiosité, il m'arrive assez fréquemment de jeter un coup oeil dans les sources d'un programmes pour voir comment ça marche de l'intérieur. J'ai énormément appris avec le logiciel libre et j'en apprend encore tous les jours. Parallèlement à cela, avec l'âge j'ai appris à apprécier cette liberté et finalement j'ai de plus en plus de mal à utiliser les logiciels propriétaires, d'autant qu'en matière de web, ils ont une fâcheuse tendances à ne pas évoluer assez vite voire pas du tout pendant des années...

J'aurais pu finir ce billet par un looong paragraphe intitulé Pourquoi Unix ? parce que finalement, si on me proposait une Windows libre, je crois que je resterais sous GNU/Linux (voire *BSD voire OpenSolaris) car en plus d'être libre, ces systèmes ont toutes les forces de la philosophie des systèmes de la famille Unix : stabilité, scriptabilité, multi-utilisateur, simplicité, ... L'herbe est loin d'être plus verte du côté de Redmond.